Dans six domaines, les activités humaines dépassent ce que la planète peut supporter sous peine de provoquer des changements environnementaux soudains ou irréversibles, affectant l’habitabilité de la Terre, la production alimentaire et la santé humaine.

Les limites sont des processus interdépendants au sein du système biophysique complexe de la Terre. Cela signifie qu'il ne suffit pas de se concentrer sur le changement climatique pour améliorer la soutenabilité. Au contraire, il est essentiel de comprendre l'interaction entre les frontières, en particulier le climat, et la perte de biodiversité.

Source: https://www.stockholmresilience.org/research/planetary-boundaries.html

Cliquez sur chaque domaine pour en savoir plus

Changement climatique

Le problème du CO2 dans l’atmosphère était déjà connu de EXXON en 1968 et de TOTAL en 1971. C’est le même Exxon qui plus tard prendra la tête d’une campagne internationale pour contester la science climatique. Un des lobbies qu’elle financera affirmera alors que le changement climatique créera « un monde plus doux, plus vert et plus prospère » (puisque les végétaux se nourrissent de CO2).

Cette propagande massive a retardé d’au moins 20 ans la prise de conscience de la réalité des dangers pour l’humanité et le vivant dans son ensemble. Elle a semé le doute dans la population et empêché les gouvernements de prendre des mesures à la hauteur de la situation dès les années 1980. Les mêmes milieux cherchent à présent à freiner des mesures à la hauteur des défis qui se posent.

Plusieurs institutions nous alertent sur l’urgence climatique : la NASA, le FMI, l’AIE, l’ONU, la Banque Mondiale, le Forum Economique mondial (de Davos), ainsi que la CIA, le FBI, le Pentagone, l’OTAN ainsi que le pape François, avec en 2015 son encyclique Laudato si.

La trajectoire actuelle nous mène vers à un réchauffement de près de 3°C par rapport à la période préindustrielle. Sur cette base, d’ici 2100, petit à petit, nos petits-enfants peuvent s’attendre à ce que 26% des vertébrés, 44% des plantes et 49% des insectes risquent l’extinction. Et à ce que les pays du sud connaissent entre 200 et 300 jours par an des températures (et un niveau d’humidité) au-dessus du seuil mortel pour les humains. Attendront-ils 2100 pour émigrer ?

Au cas où nous nous orienterions vers + 4 à + 5°C d’ici 2100, avec une telle augmentation à un rythme aussi rapide, ce serait le chaos, source de migrations massives et de conflits généralisés bien avant 2100. Les démocraties n’y résisteraient pas.

Source : https://gpclimat.be/2022/01/28/notre-societe-manipulee-par-des-affirmations-tendancieuses-quant-a-lurgence-climatique ?

En savoir plus

Courte description au sujet de l'introduction d'entités nouvelles dans la biosphère ...

En savoir plus

Appauvrissement de l'ozone stratosphérique

En savoir plus

Augmentation des aérosols dans l'atmosphère

En savoir plus

Acidification de l'océan

En savoir plus

Perturbation du cycle du phosphore et de l'azote

En savoir plus

Cycle de l'eau douce

L'eau douce devient de plus en plus rare à cause de la fonte des glaciers, l'imperméabilisation des sols, les sécheresses, la pollution des nappes phréatiques.

En savoir plus

Changement d'utilisation des sols

En savoir plus

Erosion de la biodiversité

La biodiversité et ses services écosystémiques paraissent pour beaucoup de personnes des questions d’experts, loin de notre vie quotidienne. Rien ne pourrait être plus loin de la vérité. Ils sont à la base de notre nourriture, de l’eau et de l’énergie que nous consommons. Ils sont au cœur non seulement de notre survie, mais de nos cultures, de nos identités et de notre joie de vivre.

Les meilleures données disponibles rassemblées par les meilleurs experts mondiaux nous conduisent à une conclusion unique : nous devons agir pour arrêter et inverser la tendance à l’utilisation non durable de la nature – au risque non seulement de nous engager vers un futur que nous ne souhaitons pas, mais aussi de compromettre les vies que nous menons actuellement »

(Sir Robert Watson, président de l’IPBES, la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques, 2019).

Source : https://www.fondationbiodiversite.fr/actualite/sortie-des-rapports-regionaux-ipbes/

En savoir plus